L'immunothérapie contre le cancer est une percée pour certains cancers, mais pas pour tous. Notre groupe essaie de comprendre pourquoi ce n'est pas le cas pour le cancer du sein.

Le système immunitaire protège le corps humain contre les maladies en détruisant des substances étrangères comme les bactéries et les virus. Les cellules T, un type de globules blancs, sont les composants actifs dans ce processus car ils reconnaissent et détruisent des cellules étrangères. Les cellules T peuvent également reconnaître les cellules tumorales. Il y a environ trente ans, T. Boon et ses collègues de l'Institut de Duve et de la branche Bruxelloise de l'Institut Ludwig ont découvert des marqueurs spécifiques à la surface des cellules cancéreuses (appelés antigènes tumoraux) qui peuvent être reconnus par les lymphocytes T qui détruisent alors les cellules tumorales. Ce travail a ouvert la voie aux applications cliniques de l'immunothérapie contre le cancer, en profitant de la spécificité tumorale et de la mémoire de ces cellules T pour proposer des traitements spécifiques et inoffensifs contre le cancer.

Au cours des dernières années, l'immunothérapie est apparue comme une nouvelle modalité de traitement contre le cancer. Des résultats remarquables sont obtenus chez les patients atteints d'un cancer métastatique avancé, traités avec des anticorps immunostimulateurs qui améliorent l'activité des lymphocytes T anti-tumeurs. Beaucoup d'oncologues considèrent que l'immunothérapie contre le cancer est à l'avant-garde du domaine de l'oncologie, car il est clair que des patients atteints de différents cancers bénéficient d’une amélioration clinique. Cependant, malgré les succès cliniques indiscutables, l'efficacité des traitements est encore limitée dans de nombreux cas. Notre recherche vise à mieux comprendre les mécanismes et les limites de l'immunité médiée par les cellules T aux tumeurs humaines afin d'améliorer l'efficacité clinique de l'immunothérapie contre le cancer.

Une ligne de notre recherche se concentre sur la spécificité et les propriétés fonctionnelles des cellules T qui sont présentes dans les tumeurs humaines mais semblent être quiescentes. Dans le cancer du sein, nous avons observé que les cellules T antitumorales étaient souvent absentes des tumeurs, ce qui contraste nettement avec ce que nous avons observé dans les mélanomes. Cela explique probablement pourquoi les anticorps immunostimulants ne présentent pas un bénéfice clinique significatif chez la plupart des patients atteints du cancer du sein.

Une des raisons de la pauvreté de cellules T antitumorales dans le cancer du sein est la déficience d'antigènes tumoraux dans ces tumeurs. Dans une tumeur qui contenait de nombreux antigènes, nous avons trouvé des lymphocytes T antitumoraux, indiquant que des réponses des cellules T spécifiques de la tumeur se produisent contre le cancer du sein lorsque l'antigénicité de la tumeur est élevée. Nous examinerons la possibilité que les réponses des lymphocytes T antitumoraux se développent à un stade précoce du développement du cancer du sein, dans les carcinomes in situ. Si nous détectons de telles réponses, l'immunothérapie pour des cancers du sein à un stade précoce devrait alors consister en une immunisation contre les antigènes tumoraux, combinée avec des anticorps immunostimulateurs.

XXX

Complete list on PubMed
Pierre Coulie
Institut de Duve
Avenue Hippocrate 75 - B1.74.04
B-1200 Bruxelles
Tel:
+32 2 764 75 81
Fax:
+32 2 764 75 90
Secrétaire:
Notre rapport de recherche de 2017 est disponible ​"icone" Telecharger