Mutations du gène PDGFRB chez l'enfant :

du mécanisme au traitement

 

La génétique a fait des progrès considérables ces dernières années dans la compréhension des maladies héréditaires, mais il reste difficile de traduire ces résultats en nouveaux traitements. C’est ce que vient de réaliser l’équipe de Jean-Baptiste Demoulin, à l’Institut de Duve.

Florence Arts, une jeune chercheuse de l’équipe, financée par le Télévie, a d’abord montré comment des mutations d’un gène appelé PDGFRB mènent à des pathologies héréditaires rares mais sévères, comprenant des altérations du crâne, du cerveau et de la peau. En collaboration avec la plateforme de génomique dirigée par Miikka Vikkula, l’équipe a ensuite démontré que ces mutations étaient également responsables de la myofibromatose, une maladie grave qui touche de très jeunes enfants. Ces recherches ont permis d’identifier un traitement, l’imatinib, qui bloque efficacement ce gène dans des cellules en culture. Une collaboration transatlantique avec le service de pédiatrie dirigé par le Dr Yoav Messingher à Chicago, a permis de tester ce traitement pour la première fois sur un jeune patient porteur d’une mutation de PDGFRB. L’enfant souffrait d’un syndrome complexe comprenant des anomalies du crâne et du visage, une probable myofibromatose ainsi qu’une contracture très handicapante des mains et des pieds. Le traitement a permis une nette amélioration de sa qualité de vie.

Ces résultats ont fait l’objet de plusieurs publications récemment. Le chapitre le plus récent de l’histoire vient d’être publié dans la revue Genetics in Medicine. Une belle illustration de la devise de l'institut de Duve "Mieux comprendre pour mieux guérir".

 

 

Pour en savoir plus

Pond, Arts et al, «A Patient with Germline Gain-of-Function PDGFRB p.N666H Mutation and Marked Clinical Response to Imatinib » Genet Med. 2017.

Arts et al, « PDGFRB gain-of-function mutations in sporadic infantile myofibromatosis » Hum Mol Genet. 2017 May 15;26(10):1801-1810.

Arts et al, « PDGFRB mutants found in patients with familial infantile myofibromatosis or overgrowth syndrome are oncogenic and sensitive to imatinib. » Oncogene. 2016 Jun 23;35(25):3239-48.

 

Contact

Jean-Baptiste Demoulin - Blood cancer